?

Log in

No account? Create an account

Previous Entry | Next Entry

Le 29 mai dernier, l’artiste Deborah de Robertis plasticienne, qui travaille sans cesse la question des rapports homme / femme, artiste / galerie, prostituée / client, a choisi d’exposer son sexe au Musée d’Orsay, juste en dessous du tableau de Courbet, l’Origine du monde. Explications.

Salle 20 du Musée d’Orsay. On y voit plusieurs œuvres, mais une est au centre de la pièce L’Origine du Monde de Courbet. Le 29 mai 2014 à 14h30, le tableau peint par Courbet en 1866, a trouvé un miroir originel et fragmenté. L’incarnation de cette origine, c’est l’artiste Deborah de Robertis. Les fragments du miroir, ce sont ces visiteurs, ces multiples regards qui assistent à une scène unique. Habillée en doré, l’artiste explose le cadre, non moins doré du tableau. Face à une foule de visiteurs, elle marche dignement vers la peinture habitée par l’Ave Maria de Schubert dans l’interprétation de Maria Callas et remixé avec un poème, une révélation :
Je suis l’origine
Je suis toutes les femmes
Tu ne m’as pas vue
Je veux que tu me reconnaisses
« Vierge comme l’eau créatrice du sperme. »
Puis, sous le regard médusé d’une gardienne, elle prend la pose sous le tableau, jambes écartées, incarnant le regard absent du sexe peint par Courbet. Du regard, d’un bleu profond, coulent des larmes dorées, et en ce jour de l’ascension, le visiteur fait peut-être face à une représentation iconique de la vierge ? Ou peut être s’agit-t’il de Marie et Marie-Magdeleine, incarnées en une seule femme ? Sainte ou pute ? Ou bien seulement toutes les femmes ?


http://www.dailymotion.com/video/x1yaxll_une-artiste-expose-son-sexe-sous-l-origine-du-monde_redband
Une artiste expose son sexe sous «L'origine du...

by quoi2news

Latest Month

November 2017
S M T W T F S
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  
Powered by LiveJournal.com
Designed by Naoto Kishi